"J'aimerai trop être immortel.
- Pour quoi faire ?
- Ben... je sais pas, vivre pour toujours quoi !
- ça doit être chiant, à la longue.
- Tu plaisantes Sven ?"

Qu'il est facile de faire marcher Hurley.

Ceci étant dit, je le pense vraiment : si la vie est si belle, n'est-ce pas parce qu'elle peut se finir demain (ou dans cinq minutes, si t'as pas de bol), et qu'elle se terminera forcément un jour ? Quand on dit que toutes les bonnes choses ont une fin, c'est avec un ton de regret. Bien souvent on le dit quand une période agréable se termine, pour s'encourager à passer à autre chose, pour se consoler. Mais je pense qu'on devrait aussi le penser dans l'autre sens, que ce serait tout aussi vrai : pour être bonne, une chose doit avoir une fin. Je n'arrive pas à penser à une chose qui soit si bonne qu'on la supporterait à l'infini. Tous nos loisirs, tous nos moments, tous nos plaisirs, petits ou grands. Tous, ils ont des fins, et c'est ce qui les rend si bons. Orgasme compris.

"T'es lassé de la vie, mec ?
- Pas le moins du monde. Mais bon, on vit pas assez longtemps pour se lasser, je crois. T'inquiète que si on avait une durée de vie de quelques centaines d'années, ou de quelques millénaires, même un grand amoureux de la vie comme moi finirait par en avoir marre."

Je trouve ça frustrant, un truc qui n'a pas de fin. Après tout, quand on dit de quelque chose qu'elle n'est "pas finie", c'est bien péjoratif, pas vrai ? Un plaisir infini n'est plus du plaisir : si tous les moments étaient exceptionnels, plus aucun ne le seraient.

J'ai lu récemment un bouquin où la fin rebouclait sur le début : ça m'a laissé une putain de mauvaise impression ! La sensation d'être floué, volé. Moi je n'aime pas les histoires qui n'ont pas de fin ; les trucs qui se rebouclent sur eux-mêmes, n'en finissent jamais ; ou les récits qui s'interrompent brutalement, sans qu'on ait l'impression que ce soit achevé, que l'intégralité du message soit passé. On lit, on arrive à la dernière page, et on se dit "et alors ?". C'est agaçant. Un peu comme si cette note s'interrompait souda